Logiciels & Softs

Test Motorola Moto E : un smartphone fonctionnel à prix cassé

24 Juin 2014 , Rédigé par Skero Publié dans #Android

Test Motorola Moto E : un smartphone fonctionnel à prix cassé

Prise en main Motorola Moto E

Ce smartphone n'est pas un foudre de guerre, mais il fait un job très correct pour son prix.

Le Moto E de Motorola offre le strict minimum, mais il assure l'essentiel : une expérience d'utilisation très correcte à prix plancher.

la promesse

Après le Moto G, place au Moto E. Encore moins cher, cet appareil au format 4,3 pouces s’adresse aux portefeuilles les plus minces. Un smartphone comme celui-ci, vendu 120 euros seulement, est-il vraiment utilisable au quotidien ? Notre réponse.

la réalité

De l'extérieur, le Moto E ne paie pas de mine avec ses matériaux plastiques. Ses traits restent toutefois harmonieux, même s’il est plutôt épais, avec des rebords d’écran très marqués. Les boutons physiques du smartphones respirent la solidité, mais sa coque arrière n’offre pas une finition exemplaire : une fois emboitée sur l’appareil, la coque accuse un jeu d’un demi-millimètre alors qu’elle devrait être totalement fixe.

Première remarque qui devrait intéresser les amateurs de selfies, il n’y a pas de webcam (en façade). L’appareil est aussi équipé d’un capteur photo très basique sans autofocus ni flash, avec une appli photo sans aucun réglage disponible. Le Moto E n’est donc clairement pas un smartphone pour la photo ou la vidéo. Son processeur est tout aussi basique : un double-cœur Cortex-A7 centré sur l’économie d’énergie, avec une puce graphique déjà un peu plus performante (Adreno 302). Il n’est donc pas non plus question de jouer confortablement à des jeux perfectionnés avec le Moto E.

L’appareil offre en revanche deux emplacements pour carte SIM, ainsi qu’un lecteur de carte mémoire MicroSD. Heureusement, car il ne dispose que d’un gigaoctet d’espace de stockage interne ! Attention, l’appareil n’est compatible qu’avec la 3G à 21 Mbits/s, ce n’est donc pas un foudre de guerre sur le Web. Dernier détail : la batterie n’est pas amovible…

La bonne nouvelle, c’est qu’à 120 euros, Motorola nous offre un écran 4,3 pouces à technologie IPS, offrant de bons angles de vision, et une luminosité honorable de 420 cd/m². Malgré un taux de contraste faiblard et une définition moyenne de 540 x 960 pixels (254 ppp), les couleurs sont correctes et l’image plutôt agréable à regarder. C’est l’élément essentiel d’un smartphone confortable, et Motorola n’est pas passé à côté.

Pas de bug et une interface relativement fluide (Facebook et Twitter présentent quand même quelques micro-saccades), c’est tout ce qu’on demande à un smartphone à bas prix. Motorola l’offre sans trop de problèmes, grâce à un Android 4.4.2 qui s’en sort bien avec le gigaoctet de RAM disponible (915 Mo exactement). Côté autonomie, le Moto E ne fait pas d’étincelle, mais il peut tenir une bonne journée en utilisation normale, sans trop tarder le soir en usage intensif. Nous avons mesuré un peu plus de 7 heures en lecture vidéo, plus de 8 heures en navigation Web 3G, et 19 heures en appel (écran éteint). C’est très correct.

Que demander de plus pour un tel prix ? Pas grand-chose. Le Moto E s’adresse aux utilisateurs basiques, qui ne jouent pas beaucoup et ne torturent pas trop l’appareil sur les réseaux sociaux (ses capacités photos ne s’y prêtent pas). Un terminal basique pour utilisateur basique, qui fonctionne de manière fiable avec une autonomie honorable. Pas plus, mais pas moins non plus.

le verdict

Que demander de plus pour un tel prix ? Pas grand-chose. Le Moto E s’adresse aux utilisateurs basiques, qui ne jouent pas beaucoup et ne torturent pas trop l’appareil sur les réseaux sociaux (ses capacités photos ne s’y prêtent pas). Un terminal basique pour utilisateur basique, qui fonctionne de manière fiable avec une autonomie honorable.

Partager cet article

Commenter cet article