Logiciels & Softs

Facebook: Une mise à jour des conditions d'utilisation

17 Mars 2015 , Rédigé par Skero Publié dans #Réseaux Sociaux

Facebook: Une mise à jour des conditions d'utilisation

Facebook a fait, ce lundi, le point sur sa politique de modération. Si cette mise à jour ne change plus ou moins rien, le réseau social consacre aujourd'hui une page dédiée à ses nouveaux «standards de communauté», qui régissent ce qu'on a le droit de publier sur les «murs».

«Notre politique et nos normes restent inchangées. Mais nous avons senti la demande des utilisateurs pour plus de clarté et d'exemples et c'est ce que nous faisons aujourd'hui», explique d'ailleurs Monika Bickert, responsable du contrôle des contenus sur Facebook.

«Comportement respectueux» et «organisations dangereuses»

Reste que sur cette page dédiée, et alors que Facebook et consorts sont souvent «accusés de laxisme dans leur traitement de la propagande terroriste en ligne», rappelle Le Figaro, les «amis» du numéro un des réseaux sociaux vont faire connaissance avec des standards de communauté plus détaillés et mieux classés.

Et donc avec quatre sections, relève Le Journal du geek, baptisées «encourager un comportement respectueux», «assurer votre protection», «assurer la protection de votre compte et de vos informations personnelles» et «protéger votre la propriété intellectuelle». Mais également avec de nouvelles catégories, comme «organisations dangereuses», «harcèlement et intimidation», «attaque contre des figures publiques», «automutilation», «activité criminelle» ou «violence et exploitation sexuelle».

Facebook: Que changent les nouvelles conditions d'utilisation?

Le terrorisme dans le viseur

Et selon les nouvelles directives mises en ligne, Facebook, qui indique toutefois que «quelque chose qui peut vous sembler désagréable ou vous déranger n'enfreint pas forcément (ses) normes», confirme ne plus autoriser la présence de groupes qui font l'apologie «d'activités terroristes, d'organisations criminelles ou qui promeuvent la haine».

Toujours sur le terrorisme, le groupe a ajouté qu'il ne tolérerait pas «de soutenir ou faire l'apologie des responsables de ces organisations, ou même d'excuser leurs actes violents», en relayant leurs propos ou leurs vidéos (les vidéos d'exécutions d'otages ont souvent été partagées sur la toile par les soutiens de l'EI).

Les œuvres d'art et vrai nom

Sur cette page, Facebook, qui doit être jugé en France pour avoir suspendu par erreur le compte d'un utilisateur ayant publié L'Origine du monde, rappelle également sa politique vis-à-vis de la nudité. Et nouveauté: le nu est désormais banni de Facebook. Mais, dans le détail, les œuvres d'art montrant des corps nus y sont donc bel et bien autorisées, les photos de parties génitales y sont toujours interdites, ainsi que des seins de femme dont on voit les tétons. Sauf, précise Facebook, dans le cas de photos d'allaitement ou après une mastectomie.

Enfin, les utilisateurs devront également utiliser leur «vrai nom», une demande impopulaire qui devrait notamment s'attirer les foudres de ceux qui utilisent des noms de scène sur ce réseau social où le nombre de contenus bloqués (car ils enfreignent la loi du pays) a, par ailleurs, bondi de 11%, passant de 8.774 à 9.707 cas.

Partager cet article

Commenter cet article